Accueil  |  Biographie  |  Bibliographie  |  Lire et écouter  |  Agenda  |  Contact  |  Mentions Légales

Agenda, rendez-vous, prochaines parutions :

⬤  15 Décembre 2018
Marraine du salon du livre d'Arnas.

⬤  Automne 2018
Parution de "Sensuel Beaujolais" aux Editions du Poutan.
Texte de Françoise Rey et photos réalisées par Anne Promeyrat.

⬤  25 & 26 Août 2018
Marraine du festival Eros in Love de Bèse.

⬤  16 juin 2018
Dédicace du livre "Le point de vue de l'observateur" à librairie Develay de Villefranche sur Saône.

⬤  07 Avril 2018
Sortie du livre de Jean Claverie, "Le point de vue de l'observateur" aux éditions du Poutan.
Préface écrite par Françoise Rey
- Lire la préface et un extrait
- Site de l'éditeur

 

 

 

⬤  Du vendredi 23 mars au lundi 26 mars 2018
Dublin (Irlande), invitée par L'Alliance Française au festival de littérature franco-irlandaise, pour des interviews et participations à des tables rondes. Thème de cette année: sexe et sentiments.
Site web du festival

⬤  16 Mars 2018
Présidence des délibérations du jury du PNE (Prix de la nouvelle érotique) à Paris.
Page Facebook
Revivez la délibération du jury
  • Qui ? Qui ? reprit-elle avec une exaspération enrouée. Tu demandes qui ?
    Mais celle qui porte le nom de la mort, le glaïeul glacé,
    la Gladys glaçante, glagla, qui glapit votre glas !
  • Je suis à genoux entre tes jambes, ta servante, ton humble esclave
    et pourtant ta maîtresse, et mes mains se rappellent des millénaires
    de savoir-faire, de savoir-plaire.
  • Qu'est-ce qui peut t'intéresser encore chez une femme
    que tu as déshabillée, dont la pudeur a capitulé
    sous tes regards, gémi sous tes caresses, crié dans l'étreinte ?
  • Il y a un tambour dans ta poitrine, et tu pousses de petits soupirs
    qui viennent mourir dans mon cou.
  • Voyons ça ! Ah ! je tiens le plantoir ! Eh bien ! Satané manche !
    Ça doit vous enfoncer la graine bien net, bien droit, un engin pareil !
  • Tu as glissé tes deux index sous la petite dentelle,
    et tu suis du bout des doigts ce chemin balisé.
  • Cher, cher ogre, tu tenais bien tes promesses : tu me mangeais toute crue,
    moi et mes retenues, et mes pudeurs, et mes frousses,
    et je m'essoufflais à garder ta cadence de géant...
  • Il effleure le début de mes seins, repart à mon omoplate, courbe son visage jusqu'à moi, m'embrasse doucement entre lobe et maxillaire,
    dans un petit nid à frissons qu'il révolutionne de son souffle ardent, de sa bouche tendre...
  • Emporte tes plus jolis mots, ton cri d'animal blessé, ton soupir d'après la joie.

 
Copyright © Livrior